Compteur gratuit THE A-LIST: avril 2010

jeudi 29 avril 2010

LOL Project

Aurore Taupin A-List Blog LOL Project Dans la famille des rassemblements d’inconnus orchestrés par Facebook et autres réseaux sociaux en vogue, le LOL Project se démarque nettement.

L’idée de David Ken, photographe de mode anglais ? Vous offrir un fou rire en échange d’une photo de vous, qui viendra s’ajouter a sa galerie de portraits hilares. Un échange de bons procédés, qui permettra à la fin de constituer une fantastique collection de bonne humeur.

La très bonne nouvelle, c’est que n’importe qui, de 4 à 99 ans, peut participer. Une seule condition, avoir 30 minutes de votre temps à consacrer au shooting, temps surement nécessaire pour faire rire aux éclats les différents modèles, sans avoir auparavant oublié de s’inscrire sur le groupe Facebook du projet :

http://www.facebook.com/group.php?gid=256533444992&v=info#!/group.php?gid=256533444992

Le shooting a lieu Rue de Richelieu dans le 1er arrondissement.

Un projet qui fait (sou)rire !

http://www.davidken.com/

mardi 27 avril 2010

In Vino Veritas

Aurore Taupin Blog A-List La Belle Hortense

Paris possède de nombreuses merveilles cachées. Une d'entre elles est la Belle Hortense.

Découvert au hasard d'une ballade dans le marais, ce bar à vin littéraire avait tout de suite attire mon œil de lectrice assidue. L'alléchante vitrine, regorgeant de livres plus ou moins récents mais tous d'excellente qualité, est déjà une première raison de pénétrer dans cette petite boutique. La chaleur de l'endroit, la carte très complète des vins et le choix indécent d'ouvrages vous retiendront ensuite pour de longues heures si vous n'y prenez garde.

Le Belle Hortense offre toutes les qualités d'une excellente librairie – une sélection pointue de livres, une ambiance intimiste, et des vendeurs de bon conseil, couplées aux nombreux avantages d'un bon bar à vins, vous permettant ainsi de cumuler deux plaisirs parfois trop rares à Paris : un bon livre et un bon verre de vin.

De nombreux événements (signatures, expositions etc.) y sont également organisés.

La Belle Hortense, 31 rue Vieille-du-Temple, 75004 Paris. (Attention, n'ouvre qu'à partir de 17h)

Antique Garage

Aurore Taupin Blog A-List Antique Garage
La gastronomie turque est trop souvent méconnue, négligée au profit des moins gourmets et plus communs « kebabs » de fin de soirée.

Pourtant, il existe à New York un restaurant qui redore très efficacement le blason de cette cuisine méditerranéenne : Antique Garage.

Le lieu déjà, ne peut qu’attirer votre regard ; situe dans le trendy quartier de Soho, cet ancien garage réhabilité avec soin offre un cadre étonnant, plein d’un cachet d’un autre temps. L’orchestre qui joue certains soirs ajoute encore au charme de l’endroit.

La vraie surprise commence ensuite avec le pain, petite ciabatta fondante aux herbes, qu’on doit se retenir de dévorer pour préserver un peu de son appétit pour la suite. (New-Yorkais, New-Yorkaises, vous qui connaissez la rareté du bon pain dans les restaurants de la ville, vous apprécierez sans doute cette première qualité).

Le repas continue alors, d’enchantement en enchantement : les portions sont copieuses, les plats subtilement relevés ; chacun sort conquis par la (re)découverte de la cuisine turque. Poulet aux herbes, kebab, manti de boeuf, thon poêlé, mezzés ; tous les grands classiques de cette gastronomie sont proposés sur le menu, avec une exécution virtuose.

Pour finir, le service est efficace, et l’addition pas trop salée. Une excellente adresse qui réconciliera les sceptiques avec la cuisine turque !

Antique Garage, 41 Mercer Street (au niveau de Grand St)

jeudi 22 avril 2010

Gym comique

Aurore Taupin Blog Gym comique

La série "Exotisme Américain" continue ; après "Les Américains cassent la croute", la chronique sportive.

Contrairement à Paris, où trouver un club de gym dans un rayon de 5km de chez vous relève de l'exploit, ici, la new-yorkaise sportive est plutôt confrontée au problème inverse, à savoir l'embarras du choix. Les avantages comparatifs proposés par les différents clubs sont assez édifiants. Je n'en citerai que deux ; le premier, Equinox, propose aux mannequins de ne payer que 50% de l'abonnement, espérant ainsi attirer la new-yorkaise jet-set en lui offrant pour une somme astronomique la possibilité de se muscler le ficeps aux cotes d'Eva, Naomi and Co, i.e aller simple pour une bonne déprime sur sa condition de femme-poire. Si vous ne voulez pas vous galber le mollet dans une ambiance si glamour, Crunch à l'opposé revendique un message McDonaldien type « Venez comme vous êtes » avec kilos en trop, votre petit ventre et votre tenue des années 80 (La pub est assez drôle, je vous conseille d'aller la voir). (Au passage, je me demande bien quel sadique a eu l'idée d'appeler une salle de sport comme une barre de chocolat.)

J'ai donc choisi prudemment le classique New York Sports Club. Pas si classique que ca d'ailleurs, au vu du programme des cours, qui s'annonçait … sportivement original. Passée ma surprise devant la présence de cours d' « Urban Rebounding », de « Boot Camp » ou encore de « Zumba Dance » … je me lançai au bout d'une semaine d'hésitation dans des cours de « Total Body Conditioning » (tout un programme !) et de Pilates. Le Pilates s'avéra d'ailleurs beaucoup plus fatiguant que le prometteur Body Conditioning, me laissant complètement et littéralement sur les rotules, le corps fourbu de courbatures pour plus d'une semaine, les abdos douloureux au moindre ricanement. Apres plusieurs mois à fréquenter assidument ma petite salle de sport, outre une certaine tonicité additionnelle constatée en différents points de ma musculature, je me lançai dans l'exploration de nouveaux cours, bien mal m'en prit ; l'Urban Rebounding – cours sur mini-trampoline, me laissa un mal de terre très étrange après une heure de sautillement ridicule sous l'œil goguenard des apprentis haltérophiles de la salle adjacente ; à la Zumba Dance, je ne fus pas en reste niveau ridicule, essayant péniblement et sans grâce aucune de suivre les pas techniques et sensuels de la sosie d'Eva Mendes qui faisait office de prof. Enfin, mon expérience du Boot Camp s'acheva avant même d'avoir commencé, trop effrayée par la grosse voix caverneuse de « l'instructeur », qui prenant son rôle très à cœur aboyait déjà ses instructions avant même l'entrée dans la salle.

Apres une heure d'effort, le plus dur reste à venir, la terrifiante épreuve du vestiaire. Car dans l'Amérique pas si chaste et ni puritaine de New York, la pudeur, et c'est le cas de le dire, se laisse au vestiaire. Non contente d'avoir partagé avec vous sueur et ridicule pendant une heure, la new-yorkaise sportive entend bien sceller cette nouvelle proximité en exhibant fièrement, à tort ou à raison, son corps dans les vestiaires. Il n'est donc pas rare, entre deux mouvements acrobatiques pour essayer de vous changer sans laisser tomber la serviette qui vous couvre, de vous retrouver nez à nez avec l'éclatante nudité de votre voisine de casier, qui revient paisiblement de sa douche, serviette négligemment posée sur l'épaule. Dans la précipitation pour tenter de détourner au plus vite les yeux de cette déroutante vision, vous ne réussissez souvent qu'à lâcher serviettes et habits dans une sorte d'affolement général, offrant ainsi un tableau des plus cocasses aux autres femmes de la pièce.

Mais pour partir sur une touche joyeuse, il vous suffit de faire un tour par le coin des haltères, où instructeurs et amateurs, t-shirt ultra-moulant, biceps saillants et pectoraux en avant, se pavanent à qui mieux mieux devant l'œil sceptique des « runneuses » sur leur tapis roulant ; observer leur parade de paons musclés suffit en général à vous faire quitter la salle le sourire (moqueur) aux lèvres.

Recommandation sportive : le cours de Pilates du jeudi soir au NYSC de Mercer Street.

mercredi 21 avril 2010

Billy

Aurore Taupin Blog A-List Billy Elliot

S'il y a bien un spectacle à ne pas manquer sur Broadway, c'est celui-ci : Billy Elliot


Profitant d'un nuage de cendres ayant retardé les spectateurs initiaux, j'ai pu aller voir hier ce show hors du commun. L'histoire est bien connue et appréciée de tous ; Billy Elliot, préado du nord charbonneux de l'Angleterre, tente de faire accepter à son entourage de mineurs son désir d'avenir dans la danse classique. A tout cela s'ajoutent plein de personnages truculents : la grand-mère fofolle, le frère gréviste idéaliste, le meilleur ami qui aime se déguiser en fille avec les robes de sa sœur, le père déboussolé qui ne sait plus bien quels conseils donner à son fils et enfin la géniale prof de danse qui, lasse de ses petites danseuses balourdes, voit en Billy un petit prodige sur lequel elle aime à projeter ses rêves de gloire.

On est surtout interpellé par la presence de tant d'enfants talentueux sur scène : à commencer par le fantastique interprète de Billy Elliot lui-même, qui tour a tour, chante, danse, joue avec l'accent du nord de l'Angleterre, fait des claquettes, portant sur ses frêles épaules toute la pièce. (Rassurez-vous, cinq « Billy » se relaient pour assurer le rôle tous les soirs de la semaine). Les petites danseuses sont également impressionnantes de technique et de précision malgre leur trés jeune âge (la plus vieille ne devait pas avoir plus de 12 ans, et les plus jeunes semblaient à peine avoir l'âge de raison).


La mise en scene est époustouflante, avec des jeux de décors millimetrés mais si subtils qu'on se demande souvent comment le decor a été changé sans que l'on s'en rende compte. Omniprésentes, les chaises constituent une part importante de la scène, utilisées tour à tour par les jeunes danseuses, les grévistes pour leurs barricades, et Billy pour parfaire son apprentissage des techniques de pirouette.


Certaines scènes nous transportent complètement, notamment la scène où Billy et son double « adulte » évoluent en parallèle sur une chorégraphie classique qui s'achève dans les airs.


On ressort avec des étoiles dans les yeux et la ferme intention de se mettre dès le lendemain aux claquettes !

mardi 20 avril 2010

Rhabillées pour ...

Aurore Taupin Blog A-List Mademoiselle Agnès Rhabillées Pour
Cela fait déjà un petit bout de temps que je salue le travail de Mademoiselle Agnès comme chroniqueuse mode. Ses chroniques toujours enlevées, son ton sarcastique et ses remarques pertinentes m’ont toujours semblé toucher juste. Et puis, ajoutez à tout cela, un sujet sympa pris avec dérision, il y avait tout pour passer un bon moment.

Alors forcement, quand après des mois (des années ?) de relative discrétion, j’ai appris que Mademoiselle Agnès revenait pour fêter les 10 ans de son émission « Habillées pour … », je battais des nageoires, complètement excitée à l’idée du best-of a l’horizon. Mais encore mieux, la célèbre chroniqueuse nous avait préparé une petite surprise, 11 petits sketchs sur les grandes marques et leurs fidèles, 11 purs moments de bonheur, frappés au coin du bon sens mode. On oscille entre jalousie totale (quand elle pavane en robe Lanvin sur une terrasse rue de la Paix, ou en Vuitton place Vendôme), et total respect, chapeau l’artiste pour les passages plus osés et excentriques, à commencer par la rue de Rennes en veste-poil Margiela (et c’est tout).


Oubliée la déception en constatant que je ne serai jamais une femme Chloé, car … je n’aime pas le faisan ; ni une femme Balmain car mes robes sont trop longues (mes préférés sont justement ces deux sketches-là), je me console en m’inventant la femme Sandro (moins glamour mais plus abordable).


http://www.canalplus.fr/c-infos-documentaires/pid3423-c-les-10-ans-d-habille-e-s-pour.html?vid=324492

lundi 19 avril 2010

Burger King

Aurore Taupin Blog Burger King

Je commence aujourd'hui une grande série sur toutes ces petites choses qui rendent la vie si exotique pour un Français (Européen ?) à New York.


Etant une des personnes les plus difficiles à contenter en matière d'alimentation, je me devais de commencer par là, choc des cultures maximal pour l'éternelle difficile que je suis *.

La première chose à noter concerne évidemment la taille des portions ; quand vous demandez à votre petit(e) deli/resto/cantine du coin, le poulet/veau/bœuf du jour ; vous êtes surpris de vous retrouver avec non pas un, ni deux, ni même trois, mais 4 tranches copieuses de la viande en question. Il est souvent malheureusement un peu tard pour aller demander au cuisinier un quart de portion (qui vous regarderait en plus avec un air affligé devant la caricature de Français(e) que vous lui offrez) ; aussi vous envisagez alors de partager avec toute votre équipe votre repas, juste avant 1/ de vous rappeler qu'ils sont américains, 2/ de constater qu'ils ont tous pris la même portion que vous, 3/ de voir qu'ils n'ont pas l'air le monde du moins découragés par le demi-bœuf qu'ils ont chacun à manger dans leur assiette.


Cette curieuse tendance à grossir les portions trouve son paroxysme au cinéma ; où - outre le fait que vous pouvez vous commander un plein bucket de poulet frit à « grignoter » pendant le film, première anomalie notable pour un Français fraichement débarqué – le pop-corn devient un investissement collectif (3-4 personnes minimum) si vous voulez espérer arriver à bout et donc rentabiliser le sachet mutant qu'on vous tend à la commande d'une « small » portion. Vous devenez carrément interloqué quand on vous demande si vous voulez du … beurre (???!!!!) dessus …



Ce qui m'amène à une deuxième réflexion non plus sur la taille des portions mais sur le cœur même de l'alimentation (accessoirement le cœur même de mon problème). Traditionnellement, certains aliments restent de véritables mystères pour nos petits palais européens ; à commencer par le peanut butter ou la crème au beurre à tout va. Ca se complique quand on comprend – à notre plus grande stupéfaction, que le peanut butter fait ici office de véritable « huile de foie de morue » moderne, croisement hybride entre le Nutella pour le plaisir à tartiner, et l'activité à l'intérieur qui se voit à l'extérieur de notre Bio de Danone national. Du coup, il se consomme à toutes les sauces, et des petits chocolats au peanut butter vous sont même offerts gracieusement à la cantine, pour promouvoir une alimentation healthy (au début, je croyais que c'était pour fêter Pâques en retard, pour vous dire le décalage des mentalités)


Pour ce qui est de la crème au beurre, j'en ai un souvenir particulièrement ému – haut-le-cœur – depuis cette arrivée matinale à mon travail, accueillie par un gâteau mutant, tout droit sorti d'un dessin animé, commandé pour l'anniversaire d'un de mes collègues. Le gâteau en question était composé selon une recette très simple, une succession de couches de génoise et de crème au beurre, recouverte d'un épais glaçage de … crème au beurre, lui-même surmonté d'inscription multicolore en … crème au beurre célébrant l'anniversaire de l'heureux fêté. Une pure merveille aux yeux de la moitié américaine rassemblée pour l'événement, qui salivait déjà, assiette tendue et yeux brillants. Tandis que l'autre moitié, française, cherchait désespérément et sans solidarité aucune, une excuse pour échapper à la tranche de gâteau façon Obélix qu'était en train de couper l'assistante. Une des nombreuses injustices du poste de stagiaire tient à ce que, étant la dernière servie dans ce genre de cas, pour trouver une excuse différente du mal au ventre (invoqué par votre collègue de droite), de l'allergie (votre manager) ou du régime sans sucres (collègue de gauche), le temps vient à manquer. Je revis alors ces souvenirs émus de cantine de primaire et cette patibulaire surveillante de cantine qui m'obligeait à finir mon assiette de choux, insensible à mes pleurs et à mon dégout le plus profond pour cet aliment. (Un psychologue de comptoir y verrait sans doute mille et une explications pour mon rapport désormais conflictuel à la nourriture).


Je ne m'étendrais pas sur toutes les autres petites disparités culinaires qui constituent le fossé alimentaire transatlantique, mais en noterai juste deux autres pour finir, pour le plaisir, pour que vous ne puissiez plus jamais les voir sans vous en étonner aussi : les glaçons et la betterave ; les premiers accompagnant systématiquement toutes les boissons ou presque (thank God, le vin y échappe encore, mais ne cherchez plus pour trouver où ont été inventées les atroces « piscines » de champagne à la mode en ce moment) ; et la betterave, aliment honni de tout écolier français, nourriture de cantine par excellence, semble ici avoir été élevée au rang de fin du fin gastronomique (pour info, betterave se dit « beet » en anglais, aussi attention au traitre « beet carpaccio », qui se confond facilement au gré d'une lumière tamisée d'un restaurant branché avec le plus traditionnel « beef carpaccio », jusqu'à l'arrivée d'une chose violette insipide non identifiée dans votre assiette).




Mais pour rendre à l'Oncle Sam ce qui lui est du et tuer dans l'œuf ce début naissant de snobisme gastronomique français, rappelons aussi certaines des nombreuses réjouissances alimentaires américaines ; en vrac, les burgers juteux avec de la vraie bonne viande qui fond dans la bouche, les bagels à toute heure, les maxi-pièces de viande et les steakhouses à chaque coin de rue, le choix indécent d'ingrédients pour votre salade du midi, les french toasts, les pancakes, les waffles et toute autre spécialité brunch-esque, les cheese-cakes, les cookies, le café à la banane, les donuts, les crab-cakes, le meatloaf etcetera etcetera

(*Maxi-parenthèse : Attention, je n'aime pas rien, comme aiment le dire certains, j'ai juste … un palais délicat, sensible :

  • aux textures : vade retro concombres, carottes, salades etc. jugés trop croquants ; fruits et légumes en majorité trouvés « filandreux » … Je ne peux pas faire une liste complète, ca serait trop long
  • aux mélanges des genres (je n'ai jamais été aussi heureuse que le jour de l'invention des Fruix, enfin des yaourts sans « petits bouts », et je refuse consciencieusement les jus de fruits pressés, source de petits bouts flottants non identifiés plus connus sous le nom de « pulpe »),
  • aux odeurs - fromage, ail, oignons, friture, bref tout ce qui permet de décrire votre repas rien qu'au petit fumet qui vous suit à la trace pendant le reste de la journée),
  • et aux contours peu clairs (j'ai toujours trouve suspect les plats en sauce, façon habile selon moi de camoufler les bouts de gras, petits os, nerfs et autres déconvenues culinaires habituelles). )

dimanche 18 avril 2010

Pancake Paradis

Aurore Taupin Blog A-List Clinton Street Baking Co Pancakes
Aujourd'hui, j'ai mangé un petit bout de paradis.
Aujourd'hui, j'ai découvert les pancakes de Clinton Street Baking Company.

Alors certes, c'est un peu un lieu commun tout ça, parce que vous comme moi, depuis qu'on est arrivé, tout le monde nous en parle de cette petite merveille du Lower East Side aux pancakes et aux heures d'attente si légendaires. Eh bien, je peux vous confirmer que la qualité des premiers justifie la longueur des secondes.

L'endroit est minuscule, une douzaine de tables maximum et quand on arrive, on se demande bien comment la foule massée dehors va pouvoir rentrer toute entière en une seule journée dans la petite échoppe. Notre (nouvel) ami, le Mister-Smile à l'accueil, explique d'ailleurs sans détour qu'il y aura environ une heure d'attente ...et ajoute "maybe an hour and a half" (deuxième partie de phrase que nous décidons d'ignorer, croyant à une machiavélique technique de restaurateur huppé pour décourager les pancako-philes les moins avertis)
Tout cela fait bien marcher le commerce des petits cafés avoisinants, qui ne doivent plus savoir s'ils doivent maudire ou bénir ce concurrent qui déverse chez eux son trop-plein d'adeptes le temps d'un ... puis deux ... puis trois cappucinos (si vous êtes comme nous, un peu gênées d'occuper une table pendant une heure, avec une seule boisson, tout en lorgnant par la fenêtre sur l'avancée de la queue devant la vitrine de la bakery voisine)

Croyant à notre bonne étoile, nous revenons quelques 55 minutes plus tard ; presque contentes de ne pas s'être laissées berner, nous, par les techniques de Mister-Smile.
Mais la mise à l'épreuve continue, un pancake de l'endroit est un lot qui se mérite et ne s'obtient pas sans surmonter une dernière épreuve, qui attestera formellement de votre motivation : garder le cap malgré l'annonce sans délicatesse de Mister-Smile : "it's gonna be around, 30-40 more minutes". A ce stade, si vous ne l'étranglez pas et ne décidez pas de partir en pestant ; c'est gagné.

Après 30 minutes, moult sourires inutiles et tentatives d'embobinage de Mister-Smile (incorruptible malgré notre si délicieux french accent), nous accédons enfin à la table, les yeux brillants, incrédules devant la chance qui nous est enfin offerte.
Plus tard, nous serons une deuxième fois touchées par la grâce en goûtant notre première bouchée de pancakes banana-walnut. Pourquoi c'est si bon ? Parce que contrairement aux pancakes lambda, ce n'est pas fade ou pâteux, mais c'est léger et moelleux comme un petit bout de nuage. Même le sirop d'érable semble meilleur que d'habitude encore à leur contact.

Banana-walnut ou blueberry, tous les goûts sont délicieux ; allez-y sans hésiter ! Un must-taste new-yorkais.

(Idée pour notre prochaine visite : aller écrire son nom sur la liste au réveil en pyjama, aller se recoucher et revenir une heure après, fraîche et dispose pour cette expérience gourmande)

Clinton Street Baking Company : 4 Clinton Street, au croisement avec Houston.

jeudi 15 avril 2010

Ma pastille en chocolat

Aurore Taupin Blog A-List M&M's

J’adore les M&Ms, mais attention, les vrais, ceux au chocolat, pas ceux à la cacahuète. (Pour ceux qui voudraient encore soulever le débat des « vrais » M&Ms et qui continuent de penser que les vrais sont ceux au peanut, je vous renvoie vers Wikipedia http://fr.wikipedia.org/wiki/M&M qui vous expliquera en 3 parties argumentées l’histoire du M&M’s à travers les âges et surtout sa naissance sous la forme chocolatée et non pas cacahuètée)


Alors pour la M&M’s addict que je suis, deux jours ont été à marquer d’une pierre blanche dans ma relation de dépendance à leur égard : 1/ ma rencontre avec le M&M’s Store de Las Vegas, où j’ai failli repartir avec 10 distributeurs de M&M’s, autant de kilos de ces petites merveilles chocolatées et mille et un gadgets aux couleurs des petites pastilles, (plus tard, j’ai aussi découvert celui de New York, mais il y avait comme un gout de déjà-vu), et 2/ la découverte du site permettant de – pause solennelle devant l’importance de l’information – personnaliser ses M&M’s avec l’inscription de son choix.


Depuis, je ne rêve plus que d’une chose, avoir une occasion de me faire offrir ces petites merveilles sucrées (pour le moment, je ne vois guère que mon anniversaire, mais c’est trop long « Happy Birthday » pour le petit M&M’s) et ai déjà réfléchi à plein d’utilisations possibles. (Par exemple, plutôt que de nous offrir encore ces dragées immondes aux amandes qu’on garde quelques jours sur la table de la cuisine avant de les jeter sans regret, pensez à faire vos M&M’s perso pour le baptême de votre fils …)

(Je crois que je vais craquer et me faire envoyer un petit paquet …) (Mais en même temps, est-ce que ca vaut le coup de payer deux fois plus de frais d’envoi que de M&Ms …) (En bonne gestionnaire, je crois que je ferai mieux de me faire envoyer le pack 50 paquets, hum, c’est plus … intelligent).

http://www.mymms.fr/

A-pizz

Aurore Taupin Blog A-List Apizz

Un endroit dont je voulais parler car les portions sont ridiculeusement énormes pour des prix ridiculeusement modestes compte tenu de la taille des portions susmentionnées : Apizz.

Si vous n’y allez pas en connaissance de cause, peu de chance que vous trouviez ce petit restaurant du Lower East Side, bien caché entre des immeubles plus ou moins délabrés et des bars peu avenants. Apizz, c’est tout sombre, c’est tout petit, et ca a surtout tout bon.

Le service est impeccable i.e. maniéré, on est dans un restaurant italien quand même, du coup ca donne à peu près ca :

Le serveur : Is the wine OK ?

Moi, absente : Yes

Le serveur, avec un petit twist du poignet : Oh, I’m soo glad !


Le serveur : Have you finished your appetizer ?

Moi, la bouche pleine de ma dernière bouchée de cette colossale Insalata Verde : Yes

Le serveur, avec un petit twist du poignet : Oh, I’m soo glad !


Ce dialogue-type se décline à l’infini avec le reste du diner, il est so glad qu’on ait aimé notre plat, qu’on veuille encore du pain, qu’on veuille bien voir la carte des desserts, qu’on ne prenne qu’un café ; du coup, nous, on sort surtout so glad d’avoir si bien mangé et d’avoir rendu quelqu’un si heureux.

Petites recommandations A-list : l’Insalata Verde (maousse-costaud), la petite pizza Margherita version appetizer, la corbeille de pain (plutôt trois fois qu’une) et le risotto.


Apizz, 217 Eldridge Street, entre Stanton et Rivington.


Paris Cookies

Aurore Taupin Blog A-List Laura Todd Cookies

Pour ne pas faire de jaloux, ni laisser Parisiens et Parisiennes en reste sur cette histoire de cookies Levain Bakery, je me dois de parler des cookies Laura Todd. Vous l’aurez compris, j’aime beaucoup les cookies, surtout quand ils sont « chewy » (bien mous, et fondants), bien gras, avec beaucoup de chocolat à se mettre sur les doigts.

Dans un autre genre - les Levain Bakery sont des cookies mutants façon muffins – Laura Todd propose des cookies exquis, tout fins et fondants. Je pense depuis longtemps qu’il n’y a dans la recette de ces cookies que du beurre, du sucre et du chocolat, tellement ils sont un petit plaisir de sucrerie pure. Les pépites énormes et la pate fine ont toujours l’air de vous fondre sous la langue ; un vrai régal.

Mille et une options pour ces cookies (Chocolat Blanc et Griottes, The vert et Chocolat, bref toute la caution bio de Mme Todd), mais je vous recommande les tout simples au Chocolat Lait, facilement dénichables dans un bon Monop’, dans les points de vente ultra-chic de la gourmande créatrice : aux Galeries Lafayette Gourmet, à la Grande Epicerie de Paris (ces adresses en disent long sur qui on a affaire), ou dans ses boutiques en propre rue Pierre Lescot ou Avenue de Breteuil




mercredi 14 avril 2010

Mon petit cachemire

Aurore Taupin Blog A-List Trendy Workshop

Qui n’a jamais pesté devant ce pull en cachemire si joli, mais dont le détail d’une manche, d’un col, d’un motif etc. ne vous convient pas ? « C’est dommage, il était presque parfait … » se dit-on alors.


Aujourd’hui, Trendy Workshop vous propose de remédier à ces frustrations, grâce a son offre de cachemires personnalisables. Depuis la couleur, jusqu'à la forme des manches et les motifs, en passant par l’encolure, les coudières, les poches et autres menus détails, tout est ajustable selon vos gouts.


Vous aviez toujours voulu un pull orange flashy avec un col bateau, des manches mi-longues, trois petits boutons sur le col et l’inscription « Chacha la meilleure » dans le dos, c’est possible. Ca commence à 75 Euros et selon vos desiderata, les prix augmentent plus ou moins (souvent plus).


Trendy Workshop propose également d’aider les « stylistes » débutants grâce à une large offre de modèles déjà conçus et un look book très au point.


Je me suis lancée dans l’expérience, avec pour résultat, le modèle en photo ci-dessus.


Ce site réjouira toutes les habituées du shopping infructueux, les adeptes des petites pièces de qualité, stylistes en herbe comme designers confirmés.


http://www.trendy-workshop.com/



Bartender's choice

Aurore Taupin Blog A-List Little Branch

Amateurs de cocktails et d'ambiance speakeasy, Little Branch est fait pour vous.


Dans la digne lignée des autres bars du propriétaire Sasha Petraske (Please Don't Tell, Milk & Honey, pour ne citer qu'eux), Little Branch se fait volontairement indécelable pour le non-initié, caché derrière une porte austère de la 7eme Ave, avec pour seul indice un homme tout de noir vêtu, gardien du temple des cocktails manhattaniens – a.k.a videur.


Une fois l'attente réglementaire passée, vous descendez un escalier non moins austère que la porte et découvrez en sous-sol un bar faussement ancien et faussement clandestin, mais qui fait très bien illusion. Il vous faut ensuite patienter encore quelques dizaines de minutes pour décrocher le fameux sésame, une table.


Mais tout cela est bien dérisoire à coté de la formidable carte de cocktail, carte infinie par excellence puisque un des cocktails, le Bartender's choice, vous propose de vous laisser guider par le barman, pour qu'il vous concocte un cocktail personnalisé selon vos gouts. Ni une ni deux, je fais étalage de toutes mes préférences alimentaires ; non pas de jaune d'œuf s'il vous plait, ni de noix de coco, j'aime bien l'orange mais sans pulpe, je préfère ne pas boire glacé, et surtout pas de whisky. Le résultat, un délicieux cocktail a base de … ? Un bon barman ne dévoile pas ses recettes voyons ! J'arrive tout de fois à déceler du miel, et du citron dans mon cocktail, hydromel à ma mesure.


Chacun est trop absorbé par son propre breuvage pour penser à gouter celui des autres, ce que nous regretterons sitôt sorti. Le jazz band et l'éclairage façon bougie achèvent de donner à l' endroit le petit coté retro qui fait le charme des speakeasys new-yorkais.


Un conseil : allez-y tôt pour profiter au maximum de l'endroit et éviter l'attente, mais surtout ne manquez pas ce repère à cocktails !





mardi 13 avril 2010

Les CLASS-HITS

Aurore Taupin Blog A-List Class-hits


Revenant à mon premier amour de la littérature, je vous recommande ce blog, dont l'auteur est en plus, une personne formidable.

Les CLASS-HITS ont pour but de faire connaître des monuments littéraires inconnus et négligés. Assez des classiques de collège-lycée sans cesse rabattus, sans cesse lus et relus! Il est temps d'agir! Les CLASS-HITS vous donnent la possibilité d'enrichir votre culture littéraire en la complétant par des ouvrages phares dédaignés.
Voilà l'occasion de redécouvrir des livres hors du commun pour qu'enfin "classiques" ne rime plus avec ennui(que). Que vous soyez parents en mal de lectures constructives, lycéen blasé ou que vous ne sachiez plus à quel saint vous vouer pour que votre ado délaisse enfin la télé,ce blog est pour vous. Voici une mine de livres à conseiller, avec un ciblage par types de lecteurs, une analyse et un petit résumé des oeuvres. Adhérez au concept du "Reading Consulting"...
Le classique n'est pas mort! Vive les CLASS-HITS!

Banananana

Aurore Taupin Blog A-List Extra-virgin Brunch
Dans la famille des French Toasts, je demande le maître incontesté : Extra-Virgin.

Ce restaurant méditerranéen propose tous les week-ends une carte de brunch très complète, au sein de laquelle trônent les désormais fameux et jamais encore égalés "Banana French Toasts".


On ne sait pas si c'est la mascarpone onctueuse, les bananes caramélisées à point, le pain perdu fondant ou même le cadre en terrasse si agréable de la 4ème rue, mais on est forcément conquis.

Des dires des non-croyants qui préfèrent tenter d'autres plats de la carte, le reste n'est pas mal non plus, avec une mention très spéciale pour les oeufs Bénédicte.


Avis aux amateurs, armez-vous de patience ou levez-vous tôt, car l'endroit est très couru, notre repère secret à French Toasts ayant acquis une certaine réputation même hors des frontières manhattiennes.


Extra-Virgin, 259 West 4th St, au coin de Perry Street.



lundi 12 avril 2010

Un cookie nommé désir.

Aurore Taupin Blog A-List Levain Bakery Cookies

Avis à tous les cookie-o-philes de la ville : il y a à New York un petit bout de paradis pour vous, appelé Levain Bakery.

La petite échoppe ne paye pas de mine mais propose bel et bien les meilleurs cookies de Manhattan.

Cookies aux allures de muffins, délicieusement fondants et succulents, ils se déclinent en plusieurs saveurs : Chocolate Chip Walnut (ma recommandation absolue), Dark Chocolate Chocolate Chip (oui oui, deux fois chocolate), Oatmeal Raisin (pour une version plus diététique), et le suicide calorifique avec le Dark Chocolate Peanut Butter Chip (miam).

Pour preuve du succès de la bakery, l’ouverture d’une succursale dans les très chics East Hamptons (la découverte de cette succursale a d'ailleurs failli causer un accident grave sur la route des Hamptons, quand devant mes cris stridents pour s’arrêter à la vue du magasin, la conductrice a violemment pillé, croyant à l’imminence d’un danger).

Ne manquez pas d’aller gouter ce bonheur fait cookie !

Levain Bakery, 167 West 74th Street, au coin d'Amsterdam Avenue.

Vincere ?

Aurore Taupin Blog A-List Vincere

J'avais déjà remarqué qu'il existe deux sortes de bandes annonces qui peuvent vous laisser suspicieux : celles qui semblent annoncer un navet et celles qui paraissent révéler toute l'histoire du film. Hier, j'en ai découvert une troisième sorte : la bande-annonce racoleuse et un peu mensongère. En effet, à en croire celle de Vincere, le film comptait relater l'histoire de la femme cachée et bafouée de Mussolini, Ida Dalser, condamnée au silence par l'enfermement dans un asile après un parcours terrible pour tenter de faire reconnaitre son identité et celle de son fils. Jusque-là tout va bien, on se réjouissait d'avance à l'idée d'un nouveau crime à mettre sur le compte du dictateur italien avec la pointe de romantisme et de tragédie qui font les succès au cinéma.

L'histoire en quelques phrases. Ida Dalser s'éprend de Benito Mussolini et ne remarque pas, pendant qu'elle tombe éperdument amoureuse de lui, que lui, monstre froid d'ambition, n'a aucune considération pour elle : point de départ de la tragédie. Littéralement aveuglée par l'amour, la malheureuse va jusqu'à vendre tous ses biens pour aider Benito à monter son tristement fameux journal « Il Popolo di Italia », en échange de quoi, elle ne lui demande que de lui dire enfin qu'il l'aime – pour vous donner une idée de la relation saine qu'entretiennent nos deux personnages. Quelques années plus tard, elle apprend le même jour qu'elle est enceinte et que Mussolini est déjà marié avec l' « officielle » Rachele Guidi et l'heureux père d'un enfant.
A partir de là, descente aux enfers pour la belle Ida ; elle qui rêvait de révolution et de faste aux côtés du Duce, se voit ignorée par celui-ci, rejetée par sa cour, privée de toute légitimité. Obstacle au spectacle de la parfaite famille fasciste de Mussolini, notre héroïne se voit donc menacer de l'asile si elle ne se tait pas, et part donc vivre chez sa sœur, sans perdre toutefois ces convictions (persuasions ?) sur son identité. Des lors, Ida devient « obsédée », s'obstinant à répéter à son fils qu'il est le fils de Mussolini malgré les dangers. Car n'oublions pas que dans ces années la, Mussolini est l'idole nationale, et prétendre avoir un enfant de lui devait être aussi à la mode que se réclamer de Michael Jackson aujourd'hui ; et à moins d'en apporter des preuves, vous êtes donc soit folle, soit opportuniste.
Ida finit par franchir la ligne jaune en tentant une dernière fois de confronter le Duce, et sera emmenée à l'asile. Le spectateur, déjà perplexe quant à cette attitude suicidaire, commence à vraiment à se demander s'il ne s'est pas trompé de camp depuis le début en se positionnant dans celui d'Ida : n'est-elle pas vraiment folle ? Le spectateur commence à se douter qu'il a été mené en bateau avec cette scène particulièrement crispante de l'entretien de sortie d'asile d'Ida, où après avoir répondu correctement aux différentes questions des médecins, elle finit en déclinant son identité ; « Ida Dasler, mère de Benito Albino Mussolini, fils de Benito Mussolini, dont je suis la femme », signant son retour a la case « enfermement ». Ida restera donc à l'asile, ne verra plus jamais son fils, qui lui-même deviendra fou, persuadé d'être le fils du Duce et tous deux mourront dans les années 30, oubliés de tous.

Le problème de Vincere (mais peut-être aussi son tour de force), c'est que le spectateur, tout au long du film, ne sait pas, ne sait plus, quelle est la position défendue dans le film : est-on du coté d'Ida Dalser, victime d'un Mussolini machiavélique, prêt à écraser quiconque se mettrait dans son chemin vers la gloire ? Pourtant le film dresse un portrait de la jeune fille auquel il est difficile d'adhérer tant sa folie ordinaire est déroutante. Mais alors quel est l'objectif de ce film, s'il ne cherche qu'à montrer la force de séduction du Duce et sa propension à transformer certaines femmes en véritables groupies éprises ? Bref, on est un peu perdu, on ne sait plus si c'est du lard ou du cochon, et ce n'est pas très agréable.

On s'attendait à voir la saga du combat d'une héroïne ordinaire dans les années noires de l'Italie ; on observe pendant 2h30 celle d'une femme perdue, qui passe d'une inconscience amoureuse déjà agaçante à une folie complète totalement déroutante. Enervé par cette fausse héroïne et indigné de pouvoir envisager prendre parti pour Mussolini, on ne sait plus dans quel camp être, et ca nous met en rogne ce flottement. Pour finir, on notera la façon habile de nous leurrer dans la bande annonce avec des images d'une scène de mariage entre Ida et Benito, qui correspondent seulement dans le film … à un rêve d'Ida !!!

Toutefois, rendons à Marco Bellochio ce qui lui est du : malgré une histoire chaotique, le film est un petit bijou d'esthétique, mêlant images d'archives de l'Italie fasciste, et scènes de cinéma à l'ancienne (The Kid de Charlie Chaplin entre autres), on est captivé du début à la fin, notamment grâce au fantastique jeu d'actrice de la belle Giovanna Mezzogiorno, déjà repérée dans le très bon L'Utimo Baccio (Juste un Baiser).

En tout cas, un film qui ne laisse pas indifférent, avec pour preuve, le long débat avec mes différents accompagnateurs à la sortie du cinéma ; certains le trouveront romantique, ambitieux, métaphorique, d'autres le trouveront (et c'est mon cas) anecdotique, indécis et agaçant ; tout autant de raisons d'aller le voir !


L'avis de Telerama : http://www.telerama.fr/cinema/films/vincere,391336,critique.php



samedi 10 avril 2010

Jusque dans nos bras

Aurore Taupin Blog A-List Jusque dans nos bras d'Alice Zeniter Critique

Jusque dans nos bras raconte l'histoire d'Alice Zeniter, ou plutôt l'histoire rêvée d'Alice Zeniter, à travers son double homonyme fictif.


En créant un personnage auquel elle prête une grande partie de son histoire et de ses sensibilités, l'auteur semble tout au long du livre fantasmer un combat qu'elle aurait aimé mener de façon aussi réelle que son double littéraire. A travers son propre personnage, Alice Zeniter s'invente, dans une posture quasi-schizophrénique, un double justicière de l'ombre, combattante du quotidien, héroïne pas vraiment malgré elle, en acceptant un mariage blanc avec son meilleur ami en passe d'être reconduit au Mali. On aimerait croire à la modestie du personnage, mais même les doutes qui le traversent semblent avoir été parsemés expressément, pour créer une figure ni trop lisse ni trop parfaite à ce personnage autofictif, s'efforçant de le rendre crédible et peut-être même humain. Au fil des pages, le travail d'Alice Zeniter pour contenir son engouement pour son double se fait de plus en plus laborieux, transparaissant souvent grossièrement comme autant de symptômes d'une anticipation ou d'un fantasme autobiographique.


Bien évidemment, dans la partie « rêvée », on n'échappe à aucun cliché sur le méchant législateur qui voudrait interdire les mariages blancs, manquant ainsi une dimension cruciale qui aurait pu donner de l'épaisseur a ce vrai sujet de société, excluant totalement les problématiques de mariages forcés ou arrangés, qui sont pourtant l'autre pan du problème du contrôle des mariages.


Alice Zeniter pose d'emblée le contexte : « Je suis de la génération qui … », instituant ainsi son double fictif comme un représentant emblématique de sa génération.


En utilisant une narration à la 2nde personne, l'auteur semble s'arroger la voix de cette génération (« et toi, tu serais la génération des idéalistes naïfs », semblerait-elle dire). L'auteur fait ainsi porter à toute une génération un idéalisme qui est le sien ; postulat évidemment dérangeant, et qui permet au personnage principal de ne jamais rencontrer de réels contradicteurs dans son combat, préférant présenter les personnages selon une vision toute manichéenne.


Alice Zeniter a elle-même pose les conditions de son erreur en s'arrogeant la voix de sa génération au travers de son homonyme fictif, oubliant que cette génération est surtout plurielle.



On doit toutefois reconnaitre a Alice Zeniter de grandes qualités de narration, dès lors que le récit s'affirme clairement comme – si ce n'est autobiographique, inspiré de la vie de l'auteur. Tout enfant de la même génération que l'auteure se reconnaitra dans le portrait de l'adolescente du début des années 2000 qu'elle a été, a travers une foule de détails truculents : looks, expressions, jugements à l'emporte-pièce propres à l'adolescence, idéaux, y sont parfaitement analysés et décrits, avec un réalisme et recul réjouissants. On savoure les anecdotes quasi-universelles du personnage, se rappelant avec une honte teintée d'indulgence les travers de l'adolescence et son lot de reparties absurdes et caricaturales (mention spéciale pour le « moyen de moyenner »). Ces parties sur la jeunesse du personnage donnent toute sa saveur au roman d'Alice Zeniter ; aussi on en excusera les élans idéalistes, et leur écho assez faux, comme s'il semblait manquer a l'auteur ce recul qui fait sa narration au passé si merveilleusement pertinente.


These boots are made for walking




Des nouvelles du front new-yorkais.

Extrait d'un mail de février 2010


C'est un véritable front ici, avec la neige qui s'est abbattue sur la ville depuis quelques jours : les boutiques sont pour la plupart fermées, de meme que les écoles ; les voitures roulent au pas ; le métro est désert et la neige, en amortissant les bruits, donne à la ville un côté très surréel et étrangement calme.


J'ai donc ressorti mes ma-gue-ni-fiques boots de neige pour braver le blizzard ces derniers jours Joie du tout-confort à l'américaine, il est possible d'éviter la tempête en arrivant à ma station de métro finale, grâce à un très bon réseau souterrain de couloirs, qui relient plus ou moins tous les buildings de Midtown, autour du Rockefeller Center. C'est assez labyrinthesque et of course, surchauffé, mais c'est une bonne alternative à la marche sous la neige ces jours-ci.

La neige ne donne pas seulement à la ville son étrange calme, mais permet également de se régaler des looks de jours de neige de mes différents collègues ; plusieurs techniques pour braver la neige sont expérimentées par mes voisins de bureau, pour mon plus grand plaisir, car elles offrent des accoutrements assez cocasses à observer : costumes rentrés dans des bottes en caoutchouc pour les hommes, sacs en plastique entourés autour des pieds pour les allumés qui sont partis sans voir qu'il neigeait plus fort que dans les rêves du comité organisateur des JO, chaussures de montagne, charlottes pour les femmes à brushings ...

Autre divertissement proposé par le temps neigeux : voir les touristes inexpérimentés tomber dans la plus grosse feinte new-yorkaise, i.e la flaque de bord de trottoir tellement géante qu'elle a l'air d'être de la glace. On n'est pas vraiment new-yorkais tant qu'on est pas tombé au moins une fois dans le panneau (c'est un véritable baptême par les pieds, c'est très froid et ça laisse très inconfortable pour tout le reste de la journée, mais c'est définitivement un signe d'appartenance à la communauté des new-yorkais).


Tous les jours à mon travail, je me régale de toutes les petites différences entre la France et les US, qui occasionnent de grandes discussions avec l'américain de l'équipe, C. .Ainsi, je découvre que la sécurité routière est une non-problématique ici, et que pour eux, c'est extrêmement surprenant que le gouvernement français finance des pubs pour la sécurité routière,"it's a private matter, you know". J'avais déja découvert la profonde méconnaissance de la diététique ici, mais là ça devient carrément n'importe quoi (et ceci explique cela), quand toujours le même C., m'explique que le peanut butter (oui oui, le peanut butter, comme dans peanut (hum, gras) + butter (hum, gras)), il se force à en manger, car c'est bon pour la santé, mais lui il n'adore pas ça, contrairement à tous ces fellow compatriotes (qui eux en mangent à la fois par gourmandise et par "diététique").

Ils adorent que l'on ait des grèves toutes les 10 minutes ("you have to protect your rights, like we do with firearms"), ne comprennent pas pourquoi on a un Président ET un Premier Ministre, pensent globalement que la vie en France, c'est comme dans Amélie Poulain, sont persuadés que la France est le pays qui s'est le mieux sorti de la crise économique (un point de vue très divergent du Français moyen, à en croire les journaux), trouvent normal d'avoir des pubs anti-avortement à la télé (freedom of speech, 5th amendment, god bless America), parlent de manière générale avec 50 décibels de plus que les Français, et enfin last but not least, ont érigé la betterave en fin du fin gastronomique, alors qu'elle est plutot synonyme d'ignonimie culinaire chez nous.


Bref, j'expérimente chaque jour le fossé culturel transatlantique et je m'en régale.




Qui peut le plus, peut le moins ?


A peine les imposantes portes tambours franchies, une douce musique parvient à vos oreilles, qui ne peuvent que noter le contraste saisissant avec le brouhaha urbain si caractéristique de New York ; sirènes de pompiers, de police, d'ambulances, vendeurs de journaux scandant les titres, les diffusions en haut-parleur de Radio City Life se relaient à tout moment de la journée pour maintenir la ville en éveil sonore.


Il faut donc quelques instants pour identifier cette douce et étonnante musique qui vous parvient. Car, aussi incongru que cela puisse vous sembler, dans ce grand hall d'immeuble d'affaires, la musique ne parait pas être diffusée par un quelconque haut-parleur, mais semble bien émaner directement d'un instrument de musique.


Très vite, vous obtenez une confirmation visuelle de l'hypothèse que vous vous étiez brièvement formulée avant de la balayer d'un revers de main virtuel : devant vous, dans le hall entièrement marbré et dénudé de cette tour d'affaires, imperturbable malgré les va-et-vient affairés des working men, un pianiste joue.


Vous essayez alors de vous formuler ce qui vous a d'abord semblé si incongru à l'entente de cette musique, et presque immédiatement, vous comprenez que furtivement votre esprit l'a associée à un tout autre univers que celui de ce building impersonnel et gris. Des souvenirs d'atmosphères beaucoup plus feutrées : bars d'hôtel, concert de musique classique, images d'enfance sur un piano familial ...


Et vous comprenez alors la raison derrière la présence de ce pianiste. Mais l'écart à combler entre l'austérité de ce vaste hall et la chaleur d'un bar d'hôtel est tel, que le pianiste apparaît alors comme la seule trace des efforts vains pour rendre ce lieu impersonnel chaleureux ; efforts d'autant plus vains et discutables qu'ils semblent s'être finalement limités à cet étonnant dispositif sonore, oubliant ainsi que l'ambiance feutrée de lieux où se joue habituellement du piano ne tient pas tant à la présence de celui-ci qu'aux multiples détails de décoration et d'aménagement de ceux-ci ; le pianiste n'intervenant souvent dans ce dispositif qu'au dernier moment, ajoutant au décor déjà chaleureux son doux accompagnement sonore.


En sautant ainsi les étapes, ce grand hall et son pianiste nous offrent une variation intéressante sur les enseignements de la fameuse affirmation "Qui peut le plus, peut le moins", offrant un complément utile à celle-ci : qui peut le plus, ne devrait-il pas commencer par le moins ? Ou alors s'abstenir du moindre effort si les étapes les plus élémentaires sont sautées ? Ainsi, comment croire qu'un pianiste, aussi virtuose soit-il, pourrait faire de ce vaste lieu de passage et d'attente , un endroit plaisant et chaleureux, sans même la présence ne serait-ce que d'un siège pour s'asseoir ?


Cette tentative illusoire n'est pas sans en rappeler d'autres, dans des domaines différents. New York offre en effet de multiples exemples de camouflages grossiers, qu'il faut peu de temps pour percer à jour. Combien de femmes new-yorkaises n'enfilent leurs chaussures de ville qu'à leur arrivée au bureau, prétendant ainsi à une élégance virtuelle, 8 heures par jour, 5 jours par semaine ? Combien de restaurants s'enorgueillissent d'une cuisine gastronomique sous prétexte d'un nom aux consonances françaises, pour finalement ne proposer en guise de plats français que les Fries - qui elles-mêmes n'ont de français que le nom ? Ces camouflages trouvent leur paroxysme dans les alléchantes propositions de nombreux magasins et restaurants : un article ou un menu à $14.99 - une affaire à première vue, mais n'oubliez pas la taxe, ni le tip dans les restaurants ; bref une beaucoup moins bonne affaire à mieux y regarder.


Les tentatives pour apparaître sous un autre jour sont toutefois attendrissantes par leur maladresse et leur sincérité. Comment croire qu'un nom, un pianiste ou une paire de chaussures peuvent suffire pour masquer les mille autres détails qui rappelleront toujours la vraie nature des choses ?


Ainsi, à New York, il semble qu'on puisse toujours faire le plus, mais pas toujours le moins ; préférant sauter les étapes qui font la subtilité et l'authenticité. Mais ne soyons pas trop durs avec cette ville dont les faux-semblants font aussi le charme et ont parfois du bon : après tout, qui n'apprécie pas qu'un regular coffee new-yorkais ait l'air d'un extra-large pour un Français ?

(exemple qui peut se décliner au choix avec les frites, pop-corn, hamburgers, soupes, glaces, salades ...)

A-Propos


"Aucun jeune écrivain français n'a jamais été plus heureux qu'un jeune écrivain français marchant le matin dans New York".

Patrick Besson, éditorial du Point Grand Angle, spécial New York


Sans prétendre à une seconde à la qualité d'écrivain, je dois avouer que cette phrase fait particulièrement sens à mes yeux. Ayant délaissée depuis bien longtemps mes premières amours de l'écriture, je fus surprise de voir se réveiller en moi cette vieille envie de proses et de vers à mon arrivée à New York. Ville extraordinaire par excellence, forte de sa vitalité légendaire, de sa démesure et de ses paradoxes, New York ne peut laisser personne indifférente et je n'y coupai pas.


Attentive au moindre détail farfelu de la vie quotidienne, aux traditions populaires, aux événements culturels et aux coincidences de cette ville, je décidai donc de me lancer dans un travail d'écriture en dilettante, le blog.


Regroupant tour à tour des chroniques, des critiques, des réflexions, celui-ci, loin de tourner exclusivement autour de cette expérience américaine, ne manquera pas d'évoquer mes influences et amours françaises.

Livres, films, articles, restaurants, expositions y seront à l'honneur, bâtissant peu à peu une A-list hétéroclite et fournie.


Très bonne lecture !





Related Posts with Thumbnails