Compteur gratuit THE A-LIST: Moi, Blake, Anne, Jack et les autres

mercredi 19 mai 2010

Moi, Blake, Anne, Jack et les autres

Aurore Taupin Blog Célébrités à New York
Vivre à New York présente plein de charmes et avantages, mais ce qui reste encore à mes yeux le plus étonnant concerne la densité au kilomètre-carré de stars et personnes connues. Lectrice assidue de ces magazines hautement intellectuels, qu’on appelle « féminins », j’avais déjà une petite idée des illustres rencontres que je pourrais faire au détour d’un gratte-ciel, entre deux de ces fameux tournages qui peuplent la ville à partir du mois d’avril. Apres 5 mois à New York, je ne compte donc plus (enfin si, justement) toutes les célébrités croisées dans les rues si huppées du Village ou de l’Upper West Side ; mon âme de midinette s’épanouissant pleinement dans cet environnement un peu pailleté, contrastant d'autant plus fortement avec l’austérité de mon cadre de travail quotidien.

A l’exception d’Emma de Caunes, voisine de table d’un de mes premiers brunchs, d'Aure Atika vue dans un hotel chic de Soho, ou d’Arnaud Lemaire (mais si, vous savez le microcéphale copain de Claire Chazal, présentateur de ce nouveau navet du PAF, «L’amour est aveugle »), les personnes croisées sont souvent très en phase avec l’idée qu’on se fait de la ville, souvent des artistes deja croisés dans des films ou séries fortement associés à la Grosse Pomme.

Je ne vous raconte donc pas mon émoi quand, allant tranquillement au Starbucks, qui m’ouvre la porte ? Dan Humphrey de Gossip Girl (1er whaou, midinette, je vous avais prévenus) ; toujours sous le choc de cette rencontre portière avec le new-yorkais emblématique par excellence, j’avance flageolante pour me retrouver dans la queue juste derrière … Serena (2eme whaou, on n’est midinette ou on ne l’est pas). Hyper-solidaire dans mes mondanités, j’ai voulu en informer mon amie qui m’attendait dehors par un texto bien senti (« Dan vient de m’ouvrir la porte, je fais la queue derrière Serena. XOXO. A.), sans succès, celle-ci ayant oublié son portable. Peu importe ; je suis désormais en mesure de confirmer que Serena, ou Blake Lively de son doux nom, est à la hauteur des fantasmes qu’elle fait naitre chez les protagonistes males de la série, étant tout simplement sublime. (Pour nous rassurer, gente féminine, constatons que Blake a aussi eu un âge difficile, où le mauvais gout le disputait à la niaiserie: http://img.news-de-stars.com/blake-lively/blake-lively-en-2007-une-ado-ravissante_39254_w460.jpg )

Mes pérégrinations ne s’arretent pas la, puisqu’en quittant le cadre sex-and-the-city-esque de la Boom Boom Room au début de mon séjour, j’ai entr-apercu Marc Jacobs, créateur phare ici, à l’origine d’en moyenne un sac sur deux en circulation dans New York, qui dinait avec son ami ? amant ? mari ? J’ai hesité puis renoncé à lui exhiber fierement tous mes accessoires de sa marque par le menu ; midinette mais pas groupie.

Restaient encore deux rencontres assez inattendues, toujours au détour d'une rue, avec tout d'abord Anne Hathaway, l'actrice du Diable s'habille en Prada, film emblématique de la fashion-élite new-yorkaise et de son gourou Anna Wintour, petite Anne méconnaissable de normalité et de simplicité sur cette 6th Ave bondée. Et enfin, j'ai nommé, Jack "copy that" Bauer, Kiefer Sutherland en personne, qui bondissait tel son personnage de 24 depuis une voiture noire vers un immeuble de Soho, surement en route vers un prochain tournage des aventures de l'agent du CTU. Bref, un peu de glamour, un peu de gros bras, un peu de paillettes, la journée classique à New York est souvent plus exotique qu'à Paris !

Gros regret jusqu'à présent, manque à mon palmares de rencontres fortuites, la New-Yorkaise par excellence pour toute personne de sexe féminin de ma génération, Carrie Bradshaw, a.k.a Sarah Jessica Parker. Mon institut de beauté essaye de me faire croire depuis le jour 1 qu'elle vient elle aussi chez eux mais je n'y crois pas une seconde. Comme si SJP n'avait pas des petites mains pour lui faire tout ca chez elles devant son éléphantesque dressing, pendant qu'elle couve du regard Marion Loretta et Tabitha Hodge (qui ne sont pas ses chiens mais bien ses deux jumelles)?

A défaut de rencontrer Miss Bradshaw en live, je me rejouis donc à l'idée de la retrouver bientot virtuellement dans le surement niais mais rejouissant Sex and The City 2.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez un commentaire

Related Posts with Thumbnails