Compteur gratuit THE A-LIST: Les enfants de la nuit

samedi 18 septembre 2010

Les enfants de la nuit


Ce polar commence bien et fort : un homme se retrouve persécuté – acide dans son shampooing, mise à sac de son appartement, escroquerie etc. – un an après le meurtre sauvage de sa compagne. On est tout de suite happé grâce à un début rythmé surprenant et prometteur.

Malheureusement, l’excitation littéraire initiale laisse vite place à la déception : les invraisemblances commencent peu à peu à le disputer aux niaiseries narratives (« Vous êtes la fenêtre, Mr Newman, par laquelle passera la lumière »). Pierres précieuses, meurtres mystérieux et atrocités nazies s’entrecroisent dans un mélange voulu de choc … mais finalement de toc.

mjglsjg

Nicholas Newman, héros malgré lui de cette histoire, découvre à la suite de ses persécutions que son ex-compagne assassinée était une enfant de l’Holocauste qui a pris part à des expériences nazies des plus atroces. Deux autres femmes ainsi rescapées de ses expériences vont tour à tour être assassinées, ne laissant pas d’autre choix à notre héros que de partir à la rescousse de la 4ème femme encore en vie.

hkhvkh

La force d’un bon polar tient souvent à la crédibilité de ses personnages et de son intrigue ; ici le lecteur doit sans cesse faire taire la petite voix qui le questionne sur les choix du héros : « Pourquoi ne prévient-il pas la police quand il échappe de peu à une agression et croit reconnaître son agresseur? » a-t-on envie de lui hurler ! L’auteur témoigne de peu de générosité envers son personnage principal, qu’il semble avoir totalement dénué de bon sens, à la fois dans ses analyses et ses actions.

Ce polar tombe également dans un travers bien connu du genre : la surenchère de récits d’horreurs et de détails sordides, technique de mauvais romancier pour scotcher un lecteur malveillant.

jslkghskg

On est d’autant plus déçu que l’ensemble de l’histoire sort de l’ordinaire et aurait pu faire une excellente trame de fond, dommage que les personnages et leurs rapports entre eux n’aient pas été plus fouillés pour rendre le tout vraisemblable et plaisant à lire.

1 commentaire:

  1. J'ai bien aimé ce livre que je n'ai pas trouvé maladroit, au contraire. Le personnage principal est tout simplement un être humain, avec ses qualités et ses défauts (son égoïsme est agaçant, c'est certain, mais il se sent tellement coupable de la mort de sa compagne qu'il m'a fait pitié). Madeleine n'a pas contribué à l'Holocauste,elle est tout simplement le "produit" des nazis et de leur perversité.
    J'ai juste trouvé qu'il y avait quelques longueurs mais ce livre m'a touchée. J'ai juste eu un problème qui peut sembler ridicule : à savoir si les témoignages, journaux et le Schloss Martha étaient réels. Je ne doute pas de l'atrocité commise par les nazis et ce qui nous est donné à voir est tout simplement fait exprès pour mettre mal à l'aise, pour sensibiliser. Je n'ai pas eu l'impression d'être une lectrice malveillante. J'ai au contraire été très gênée.

    RépondreSupprimer

Laissez un commentaire

Related Posts with Thumbnails