Compteur gratuit THE A-LIST: Même le silence a une fin

vendredi 8 octobre 2010

Même le silence a une fin


Qu'on est suspicieux et précautionneux en ouvrant le roman de l'ex-otage des FARC : on craint le réquisitoire, la contre-attaque envers ses anciens collègues de captivité, le roman médiatique et mal écrit... Heureusement, Ingrid Betancourt se sort brillamment de ce difficile exercice en évitant tous les pièges tendus devant elle.

En 700 pages, elle revient sur 6 ans et demi de captivité dans la jungle, depuis son enlèvement si banal jusqu'à sa spectaculaire libération. On découvre les conditions de vie dans la jungle qu'on imaginait déjà sans peine difficiles, mais qui se révèlent bien pire que ça encore.

On est captivé par la discipline du mode de vie des FARC, organisation hiérarchisée à l'extrême, qui place la délation et la surveillance mutuelle au coeur du système. Les otages n'échappent pas à cette règle, détendant peu à peu les liens de solidarité au profit qui, d'une ration plus grande, qui d'un paquet de cigarettes ou qui encore, de quelques feuilles et d'un stylo.

La vie en captivité s'organise entre les marches dans la jungle pour échapper à l'armée et les semaines de campement. Peu à peu les conditions de vie d'Ingrid Betancourt vont se détériorer, passant aux mains de commandants de plus en plus durs, jusqu'à finir enchaînée par le cou sans avoir le droit de parler aux autres otages.

On suit avec admiration son travail personnel pour garder espoir, dans l'attente d'une possible libération sans aucune date annoncée. Elle vit entourée d'otages militaires prisonniers depuis plus de 10 ans pour certains. Ses tentatives d'évasion forceront d'ailleurs leur admiration, car ces compagnons de captivité n'ont pour la plupart jamais osé partir seul à pied dans cette jungle plus terrifiante encore que la retenue en otage.

Ingrid Betancourt se présente parfois en bonne samaritaine mais il est difficile de lui en tenir rigueur, tant sa pugnacité à travers cette expérience terrible force le respect.

On ne lit pas ce livre pour le style de l'auteur, ni pour ses réflexions sur la captivité : on le lit tout simplement pour le passionnant récit de 6 ans et demi passés otage des FARC dans la jungle ; pour avoir les clés pour ensuite comprendre, discuter voire débattre de cette expérience de prisonnière des temps modernes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez un commentaire

Related Posts with Thumbnails