Compteur gratuit THE A-LIST: Room

mardi 29 novembre 2011

Room




Vous allez dire que je radote, ou que j'ai perdu tout sens critique (ou peut-être que je suis juste une lectrice gâtée), mais encore un livre formidable dévoré en 2 heures.
Room fait partie de ses livres qui redonnent au métier de romancier toutes ses lettres de noblesse : une fiction pure, pourtant si finement recréée qu'elle nous oblige à repenser les limites des capacités d'imagination humaine.
Emma Donoghue invente la vie de Jack et sa mère, tous deux séquestrés dans une pièce hermétiquement close, à la manière de ces drames autrichiens mis au jour il y a peu. L'histoire est racontée par Jack, tout juste 5 ans, qui ne connait du monde que ce qu'il y a dans la pièce où il est né et a vécu, et ce qu'il voit parfois dans "Madame Télé".
Au début, la narration par cet enfant donne une sensation un peu étrange mais on le serait a moins si on pensait que le monde se restreignait à Maman, Petit-dressing, Madame Commode, Monsieur Lit et les visites nocturnes de Grand Méchant Nick. L'auteur décrit un monde particulier, dans lequel on sent la mère hésiter entre dévoiler à son fils tout ce dont le "dehors" regorge et à quoi il n'a pas accès, et lui faire croire qu'il n'y a rien au delà des 4 murs.
Mais à l'aube des 5 ans de Jack, la mère pense de plus en plus à s'enfuir, malgré la difficulté de l'évasion et la perte de repères certaine pour le petit Jack à la sortie de cette Chambre qu'il a toujours connue.
Room, au-delà de son incroyable originalité de sujet se singularise par son analyse de la capacité de survie et la justesse de son ton pour la narration par un enfant. Le livre met également en avant la formidable difficulté d'être parent, qui plus est dans des conditions extraordinaires, et questionne habilement les choix que font parfois les parents pour protéger leurs enfants.
En refermant le livre, on se dit qu'on a affaire à un sacre petit phénomène littéraire, stupéfiant, émouvant, haletant. Une puissance d'imagination mise au service d'une situation terriblement dramatique qui fait penser à la Route de Cormac McCarthy, alliée au réalisme choquant de justesse de la Purge de Sofia Oksanen : une combinaison forcement gagnante !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez un commentaire

Related Posts with Thumbnails