Compteur gratuit THE A-LIST: Le météorologue

vendredi 7 novembre 2014

Le météorologue



Le météorologue est un très bon exemple de récit qui arrive à dévoiler toute une époque à travers le destin d'un seul individu. Ici, il est question du météorologue Alexei Féodossievitch Vangengheim et des terribles périodes de répression et de traques aux coupables à tout prix des années 30 en URSS.

Ce qui frappe tout d'abord dans ce livre c'est le style de l'auteur : très bien écrit, poétique et souvent avec un certain humour ; Olivier Rolin m'a rappelé Emmanuel Carrère pour la fascination pour la Russie et Philippe Jaenada pour certaines sorties ironiques savoureuses. "Katia, la patronne, était une personne charmante, extrêmement rieuse (ce qui, je dois l'admettre en dépit d'une russophilie que certains amis feignent de me reprocher, n'est pas si fréquent là-bas), mignonne (je crois que conviendrait dans son cas l'épithète un peu désuet "gironde") poussait l'amabilité jusqu'à prétendre que je m'exprimais très bien dans sa langue".

Vangengheim est justement l'incarnation de cette force soviétique qui frappe à l'aveuglette, cette Guépéou impitoyable car hasardeuse, et qui ne va pas l'épargner lui, le communiste convaincu, chercheur renommé, météorologue de talent. "Il est membre du Parti. C'est un bourgeois communiste, il siège dans une foule de comités et de sous-comités, de présidiums, de conseils scientifiques ; on s'y perd. […] Dans la Grande Encyclopédie Soviétique, il est juste avant Van Gogh"

Ce que souligne avec brio dans ce récit Olivier Rolin, c'est également l'emballement de cette machine faussement judiciaire, de ce simulacre de justice, qui va se retourner contre tous ceux mêmes qui nourrissait la bête – sans qu'on ait évidemment la moindre pitié vis-à-vis des bourreaux devenus victime, la frappe à l'aveuglette n'épargnant personne. "Les deux officiers qui avaient signé son acte d'accusation furent fusillés l'un en 1939, l'autre en 1937. Le chef de la Guépéou qui avait signé l'ordre d'arrestation fut fusillé en 1938 après s'être reconnu coupable (notamment) d'avoir empoisonné Gorki. It's a tale told by an idiot, full of sound and fury, signifying nothing."

L'autre aspect déconcertant que soulève ce récit réside dans la foi inébranlable qui semble animer Vangengheim quant à une erreur de bonne foi sur son inculpation et sa persistance à croire dans le bolchévisme et au fait que l'erreur sera réparée. "Je lutte pour garder ma force d'âme, je ne veux pas perdre confiance dans le parti et le pouvoir soviétique. […] Je vais écrire encore à Staline et Vorochlov, est-ce que cela donnera quelque chose, je n'en sais rien mais c'est mon devoir devant le Parti et le pays"

"La première année a été celle de la certitude que la vérité éclaterait et que cesserait ce cauchemars sans but et sans raison. La 2ème année la certitude a laissé place à l'espoir. La 3ème année est passée, où il n'y a plus ni certitude ni espoir, bien que je n'aie pas renié mes convictions, que je pense toujours que les dirigeants ne sont pas au courant."

Olivier Rolin mène une sorte d'enquête pour retranscrire l'état d'esprit de cet homme grâce à sa correspondance avec sa femme, qui devra attendre plus de 18 ans pour connaitre son sort ; mais également pour pouvoir raconter la fin terrible – sous cette période malheureusement si bien nommée de la Grande Terreur.

Le petit + : les photos des herbiers préparés par Vangengheim pour sa fille pour lui apprendre à compter.

Le météorologue, d'Olivier Rolin chez Seuil / Paulsen

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez un commentaire

Related Posts with Thumbnails