Compteur gratuit THE A-LIST: Bibliothèque

Bibliothèque

Sukkwan Island, de David Vann ***
Etonnant roman sur un père et son fils qui partent vivre sur une île déserte d'Alaska pendant un an. Dès les premiers pages, on devine un drame imminent ; l'ambiance est oppressante et le lecteur captivé.
Ouvrage sur la relation père-fils, l'isolement, la résilience ; on le referme sans savoir si on l'a aimé ou pas, si l'histoire nous semble vraisemblable, mais on en ressort définitivement marqué.
Un livre qui ne s'oublie pas et qui n'est pas sans rappeler l'excellent "La Route" de Cormac McCarthy
Le code Rebecca, de Ken Follett **
Très bon roman d'action, qui séduira les habitués du genre et les autres, mêlant espionnage, désert et Seconde Guerre Mondiale.
Du même auteur, préférez "Les Piliers de la Terre", grande fresque sur les premières constructions de cathédrales, qui convertira aux romans historiques les plus frileux (dont je suis)
Elle s'appelait Sarah, de Tatiana de Rosnay **
Oubliez le titre niais, ce roman atteint son but : faire découvrir ou redécouvrir les événements de la rafle du Vel d'Hiv, sur lequel les manuels d'histoire français ont jeté un voile pudique du fait de la participation de la police française.
L'histoire est moins prévisible qu'elle n'y parait et on se laisse rapidement entraîner par l'héroine, dans ses recherches sur l'évenement et dans les petites actualités de sa vie à elle.

L'arrière-saison de Philippe Besson ****
Philippe Besson a eu la bonne idée de vouloir inventer l'histoire de la scène du tableau de Hopper "Les oiseaux de nuit". Avec une écriture toute en précision et en finesse, l'auteur nous dévoile des personnages complexes le temps d'une soirée qu'ils passent accoudés à ce bar de Nouvelle-Angleterre. Très bel hommage à Hopper, qui dissèque en plus parfaitement la complexité des rapports de séduction
Matin Brun de Franck Pavloff ***
La nouvelle que tout le monde devrait avoir lu. Une dizaine de pages seulement, mais qui réussissent à vous déstabiliser inéluctablement. Un livre qui fait réfléchir sur la facilité du totalitarisme, à l'origine de ce formidable succès de bouche à oreille
1€ dans les bonnes librairies, pas d'excuse pour ne pas se le procurer
Les Théorèmes du Port de la Lune, de Bernard Manteau ***
Récit autobiographique émouvant d'une enfance bordelaise auprès d'un père sévère. Une véritable découverte littéraire de l'année 2009. Récompensé par le Prix "Coup de coeur du jury" du Prix littéraire des Grandes Ecoles, ce livre détonne par son sujet et son style. Edité par Mollat
(La rencontre avec l'auteur n'a fait que confirmer tout le bien que je pensais de ce livre, un humour féroce et pertinent, on est comblé)
Une pièce montée, de Blandine Le Callet **
Une journée de mariage comme les autres, mais décortiquée avec piquant. On retrouve tous les poncifs des grands mariages : chapeaux excentriquement laids, famille éloignée malveillante, l'engeance des poses photos. Blandine Le Callet excelle dans ce roman chorale qui fait parler tour à tour la petite fille d'honneur, la mariée, la belle-soeur catherinette etc.
Délit de fuite, de Dominique Dyens ***
On salue l'extraordinaire maitrise de Dominique Dyens, qui nous ballade pendant une bonne partie du roman, pour dévoiler une chute étourdissante (et vraisemblable, qui plus est). On suit la vie d'Anne, femme seule et tourmentée, qui va peu à peu se voir rattraper par ses vieux démons. La construction à deux voix du roman est remarquable et tient en haleine le lecteur de bout en bout.
Mémoire d'un fou d'Emma, d'Alain Ferry **
Essai autobiographique, Mémoire d'un fou d'Emma établit une comparaison entre Madame de Bovary et l'ancienne compagne du narrateur, qui vient de le quitter. Alain Ferry offre un texte original, à la fois très littéraire et actuel, qui permet de redécouvrir le personnage de Flaubert sous son jour le plus complexe. A lire pour les passionnés de littérature. Prix de l'Essai Médicis 2009
Plage de Manaccora, 16h30 de Philippe Jaenada ***
Rares sont les livres qui savent faire pleurer de rire ; celui-ci en fait partie. L'histoire pourrait sembler plutôt tragique : un incendie menace une famille de Français en vacances en Italie, qui doit donc fuir devant les flammes. Mais Jaenada pose son personnage principal en anti-héros, ni téméraire, ni débrouillard, nous régalant de mille anecdotes sur la vie de cette famille à Paris et leur situation actuelle.
A ne pas lire dans les lieux publics, fourires garantis !





Fête des mères, de Florence Emptaz ***
Etonnant roman qu'on devine autobiographique, sur la relation mère-fille compliquée de l'héroïne. Florence Emptaz revient sur ses rapports distants et complexes avec sa mère, personnage fantasque et égoïste. A travers mille et une petites anecdotes, elle restitue le malaise qu'elle ressent avec sa mère, livrant un récit extrêmement poignant et finalement, étonnament bienveillant.
Lectorat masculin s'abstenir.


Vivement l'avenir, de Marie-Sabine Roger **
Roman atypique par son sujet et ses dialogues en langage très parlé, Vivement l'avenir relate la vie sans bouleversements de quelques jeunes dans une petite ville française. Sans rêves ni ambition, ils végètent au bord du canal, vivant de petits boulots à la quicaillerie familiale ou à l'usine agroalimentaire de la ville. L'arrivée d'une nouvelle, androgyne et moins désillusionnée va redonner de la vie aux autres, entraînant avec eux Gérard, le fils handicapé mental du couple qui l'héberge. Ce roman se lit d'une traite, rafraichissant et divertissant.

Un hiver avec Baudelaire, d'Harold Cobert **
Harold Cobert se lance dans la narration d'un calvaire de nos temps : la précarité, où comment du jour au lendemain perdre son travail, son logement, sa famille. On suit la vie de Philippe, devenu SDF bien malgré lui, pris au piège des roueries administratives pour sortir de ce cercle de précarité. Un roman captivant, à recommander à tous.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez un commentaire

Related Posts with Thumbnails